Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Forum Ouvert sur la Biotechnologie Agricole (Section du Burkina Faso)

Séance de the théâtre forum au profit de producteurs agricoles de la zone du Bazèga

19 Novembre 2022, 15:06pm

Publié par OFAB-Burkina

Ce samedi 19 novembre plusieurs dizaines de producteurs agricoles de la province du Bazèga ont pris part à des échanges autour de deux principales thématiques. La rencontre a été présidée par Mme KIMA/WANGO Lucienne, Directrice Provinciale de l’Agriculture du Bazèga. Elle a rappelé, dans son allocution, l’importance de la province en termes de productions agricoles. En effet, ‘’ le Bazèga est une province à forte potentialités agricoles’’. C’est en ce sens que les acteurs agricoles produisent des céréales, des produits maraîchers, du coton etc''. Elle a rappelé les contraintes majeures à la production agricole dans la zone et également salué l’initiative de l’Institut de l’Environnement et de Recherches Agricoles (INERA) à travers le Forum Ouvert sur la Biotechnologie Agricole (OFAB), qui s’investit pour apporter les connaissances nécessaires aux agriculteurs pour une agriculture plus performante.

Madame KIMA/Waongo Lucienne, Directrice Provinciale de l'Agriculture du Bazèga a salué l'initiative d'une telle rencontre

 ‘’ les dangers liés à l’utilisation des pesticides’’ et ‘’l’utilisation des semences améliorées et des semences de variétés biotechnologiques’’. Telles sont les thématiques autour desquelles sont mobilisés les acteurs de la recherche agricole, les acteurs de la vulgarisation et les utilisateurs des technologies.

L’objectif de cette rencontre qui a mobilisé les producteurs agricoles est de sensibiliser d’une part sur les dangers liés à l’utilisation des pesticides en agriculture et d’autre part sur l’intérêt d’utiliser les variétés de semences améliorées et les semences issues des biotechnologies modernes.

Les producteurs ont visionné deux pièces de théâtre sur les thématiques respectives et échangé avec les communicateurs. Pour leur permettre de mieux comprendre l’esprit du film, le Coordonnateur de OFAB, Dr Valentin S. Edgar TRAORE a fait une communication succincte sur les nécessités qui amènent la Recherche à l’amélioration/création variétale. Il a présenté les contraintes majeures qui poussent à l’amélioration variétale. Il s’agit essentiellement de l’accroissement des rendements, la lutte contre les ravageurs, la lutte contre les maladies, l’amélioration de la valeur nutritionnelle des aliments, la sècheresse…Dans sa présentation également, il a évoqué la typologie des semences améliorées suivant la voie conventionnelle et des semences améliorées suivant les technologies des biotechnologies modernes. Dans ce dernier cas, il a fait cas des organismes génétiquement modifiés qui sont par ailleurs des produits de la Recherche, mais malheureusement rejetés par ignorance.   '’ les OGM peuvent être une alternative, ce n’est pas la solution finale, mais ça protège mieux contre les insectes et réduit considérablement l’utilisation des pesticides’’ dixit Dr TRAORE.

Présentation de Dr Edgar TRAORE sur les biotechnologies modernes

Les pièces de théâtre visionnées par les producteurs visaient à susciter le débat entre communicateurs et participants sur les thématiques du jour qui sont d’actualité. La première pièce intitulée ‘’ le ravageur ravagé’’ aborde la thématique des dangers liés à l’utilisation des pesticides. Cette pièce raconte l’histoire d’un producteur qui du fait de l’utilisation des pesticides a empoisonné par inadvertance toute sa famille. La deuxième pièce de théâtre, intitulée ‘’ semer la vie’’, évoque la question de l’utilisation des semences améliorées.  Ce film raconte l’histoire de chercheurs qui travaillent à sensibiliser les producteurs sur la nécessité de recourir aux semences améliorées. Ces Chercheurs font face à la résistance de certains producteurs qui y voient une tentative de manipulation. Cependant, les résultats des récoltes entre utilisateurs des technologies et incrédules finissent par départager les deux bords.

Eli BAYALA

Commenter cet article